Une femme adopte les 4 filles de son amie déc édée d’une tu meur au cerveau

322

Lorsque Elizabeth Diamond, mère célibataire, a appris qu’elle souffrait d’une tumeur cérébrale de quatrième stade, ses pensées se sont immédiatement tournées vers l’avenir de ses filles. À qui seraient-elles confiées ? Auraient-elles été séparées ?

Elizabeth s’inquiétait surtout de ce qu’il allait advenir de sa famille. Heureusement pour elle, son amie Laura Ruffino lui a fait une promesse : elle allait adopter ses enfants et les élever comme ses filles. Quand Elizabeth a quitté ce monde, Laura a tenu sa promesse.

- Ad -

Laura et Elizabeth se connaissaient depuis l’école primaire. Elles ont passé beaucoup de bons moments ensemble, mais la vie les a finalement mis devant un destin tragique : Elizabeth a reçu le diagnostic d’une tumeur au cerveau qui, après une période de maladie, l’a séparée de ses filles.

Elizabeth avait quatre filles, qu’elle a élevées avec tous les sacrifices d’une mère célibataire. Après le diagnostic, les plus grandes préoccupations d’Elizabeth concernaient exclusivement ses filles. À qui seraient-elles confiées ? Et si elles étaient séparées ?

En ces moments difficiles, Laura a promis à Elizabeth qu’elle la réconforterait autant que possible : elle a dit à son amie qu’elle adopterait ses filles et qu’elle les élèverait comme si elles étaient ses propres filles. Cela a beaucoup rassuré Elizabeth sur l’avenir de ses enfants. «Quand elle a commencé à s’affaiblir, vous pouvez imaginer la peur que j’avais pour les filles et être sans elle» raconte Laura.

Quand Elizabeth est partie en avril 2015, Laura a tenu la promesse faite à son amie : les quatre filles ont été adoptées par la famille Ruffino, qui a ainsi doublé.

«Il y a dix ans, je n’aurais jamais imaginé que ma vie serait ainsi. Mais si on vous lance quelque chose, relevez le défi et faites de votre mieux» ajoute Laura. Aujourd’hui, les filles grandissent en bonne santé et heureuses grâce aux dons que des personnes ont faits en leur faveur, à Laura et aussi à leur mère qui continue sans aucun doute à veiller sur elles.