J’ai reçu un appel. ‘Nous avons un garçon de 14 ans. Il a vraiment besoin de quitter le foyer dans lequel il se trouve’ : Une mère célibataire devient parent d’accueil pour aider d’autres familles à lutter contre la toxicomanie et adopte un adolescent.

368

«J’étais une jeune célibataire de 22 ans qui avait décidé de prendre un cours de danse du ventre avec une de mes amies et sa mère. En passant à la réception du centre de loisirs, j’ai vu un prospectus sur le volley-ball mixte. J’avais joué au volley-ball au lycée. C’était une de mes passions, alors j’ai voulu en savoir plus. La dame qui travaillait au bureau avait une place libre dans une équipe et m’a demandé de venir à leur prochain match pour faire un essai. Je suis allée à ce match et j’ai aimé jouer à nouveau. C’est là que j’ai rencontré un certain Mario, qui jouait aussi dans la même équipe. Mario m’a dit qu’il jouait pour une autre équipe mixte au YMCA local et m’a demandé si je voulais venir jouer avec eux aussi.

J’ai rencontré mon ex-mari dans un gymnase de l’église et j’ai été accrochée dès que j’ai posé les yeux sur lui. Les cinq années suivantes ont été remplies de beaucoup d’amour, de larmes, de dépendance, d’abandon, de peur, de force, de courage et d’amour. Tout s’est mis en place le jour où je me suis foulé la cheville. Ma meilleure amie Anna était là et j’ai réussi à boiter jusqu’à elle, avec un peu d’aide. Ma cheville était assez enflée et je savais que j’avais besoin de la faire examiner. Anna a profité de l’occasion pour jouer les entremetteuses en s’écriant : «Hey A’Jay, pourquoi tu n’accompagnerais pas Mandi à la voiture». Et c’est ce qu’il a fait. Elle m’a emmenée aux urgences, on m’a posé une attelle et, en sortant, nous avons vu la sœur d’A’Jay et son mari qui passaient les portes. Ils ont dit qu’ils essayaient de voir comment j’allais, mais ils ne connaissaient même pas mon nom de famille pour demander des informations à la réception. Après cette nuit-là, nous avons passé presque tous les jours ensemble.

Anna et Shavonne savaient qu’il y avait un lien entre A’Jay et moi et ont tout fait pour nous réunir. Je ne me rappelle pas exactement comment ça s’est passé, mais ça a fini par arriver. Nous sommes passés de simples amis à une véritable relation. À ce moment de ma vie, je vivais avec ma meilleure amie, Anna, son mari et leurs jumeaux. Nous avons fini par emménager tous les cinq dans une maison et ma relation avec A’Jay est devenue un peu plus sérieuse. Le 15 octobre 2009 est le jour où ma vie a changé. Pendant une pause publicitaire de Grey’s Anatomy, nous étions dans le garage pour une pause cigarette.

Je me souviens vaguement de la conversation que nous avions, mais je me rappelle très bien que ma meilleure amie Alison m’a regardée et m’a dit : «Je vais avoir besoin que tu fasses un test de grossesse». Nous avons donc interrompu l’émission et sommes allées au magasin pour acheter des tests. On s’est toutes entassées dans la salle de bain et j’ai fait pipi sur le bâton. Je n’avais jamais eu aussi peur de ma vie. J’avais 23 ans et je vivais avec des colocataires. Je ne pouvais pas avoir un bébé avec quelqu’un que je ne fréquentais que depuis quelques mois. J’ai retourné le test et j’ai rigolé. Il était positif. Je n’arrivais pas à le croire. Je paniquais, mais je pensais que tout irait bien.

L’une des premières fois que j’ai su que quelque chose n’allait pas, c’était quelques mois plus tard, le soir du Nouvel An. Nous étions sortis chez un ami et, comme j’étais enceinte, j’étais la conductrice désignée. Mon partenaire a beaucoup bu ce soir-là et il est devenu très irritable. Cette nuit-là, il a fini par prendre la voiture de son beau-frère quand nous sommes rentrés à la maison et il est parti. C’était le début d’une très longue route. J’aurais dû tenir compte des signaux d’alarme, mais je les ai ignorés. Le mois suivant, j’ai réussi à m’installer dans un appartement d’une chambre et il est venu vivre avec moi. Le week-end de la Saint-Valentin, ma sœur, son petit ami et mon neveu sont venus me rendre visite. Comme il venait d’acheter une nouvelle voiture, ils ont décidé de sortir tous les trois dans un bar et je suis restée à la maison avec mon neveu d’un an.

Avance rapide jusqu’à 1:00 du matin et mon téléphone sonne. C’est ma sœur qui essaie d’entrer dans le complexe d’appartements, du moins je le pensais. Quand j’ai répondu au téléphone, c’était un officier de police, et mon cœur s’est enfoncé dans mon estomac. Elle a commencé à me poser des questions sur A’Jay, comme son nom et sa date de naissance. Tous les trois ont fini par être arrêtés cette nuit-là. Le lendemain, alors que je suis enceinte de six mois et mère d’un enfant d’un an, et que j’essaie de les faire sortir de prison, j’apprends que A’Jay ne peut pas être libéré sous caution car il fait l’objet d’un mandat d’arrêt au Nouveau-Mexique et qu’il va être extradé. Mon coeur est brisé. Mon esprit est soufflé. Je n’ai aucune idée de ce que je vais faire. Je n’ai dit à personne en dehors de la famille et de quelques amis ce qui se passait vraiment. J’ai gardé une façade pour ne pas avoir à expliquer quoi que ce soit.

Les mois suivants ont été remplis de solitude et de larmes. En mai 2010, la date de son procès est arrivée et mon amie Anna nous a accompagnées, sa mère et moi, au Nouveau-Mexique pour l’audience. Le juge l’a libéré le jour même, mais il n’a pas pu rentrer au Texas avant deux semaines. Juste à temps pour la naissance de notre fils, Kayden. C’était l’un des jours les plus heureux de ma vie. Il était beau et parfait, et je pensais que c’était la réponse à toutes les luttes que nous avions endurées jusqu’alors. Cependant, après la naissance de Kayden, il semblait que le comportement addictif s’aggravait. L’année suivante a été remplie de nuits sans sommeil avec des clés et des portefeuilles cachés sous mon oreiller. Pourtant, je suis resté et le 2 avril 2011, nous nous sommes mariés.

Le 8 avril 2011 est un autre jour que je n’oublierai jamais. Ce soir-là, nous prenions un verre avec la famille et il a fini par prendre mes clés, sauter dans ma voiture et partir. Sa sœur et moi avons sauté dans sa voiture et l’avons suivi jusqu’à une station-service. Je m’approche de la voiture et lui prends mon portefeuille par la fenêtre, ce qui le met hors de lui, et il quitte la station-service pour s’engager sur l’autoroute. Nous le suivons et voyons que toutes les voitures sont à l’arrêt à cause de la construction de la route, mais nous ne voyons aucun feu de freinage de sa part. Il finit par percuter l’arrière d’une voiture remplie de six personnes. Sa hanche est brisée et il doit être opéré. Nous subissons l’opération et les deux mois de convalescence qui suivent, et je prie pour que les choses s’améliorent. Cependant, l’année suivante est pleine de la même chose — des nuits sans sommeil et des clés et portefeuilles cachés. Pourtant, je suis restée.

Au mois de janvier suivant, je me suis retrouvée aux urgences avec une mauvaise gastro et j’ai découvert que j’étais aussi enceinte. Un autre garçon. Notre doux Kameron est né le 10 septembre 2012. Les deux années suivantes ont probablement été les plus stressantes. Chaque semaine, j’avais l’impression de devoir retirer de l’argent pour rembourser une dette de médicaments, ce qui, dans la plupart des cas, n’était qu’une astuce pour obtenir plus de pilules. D’innombrables nuits sans sommeil et l’estomac noué. D’innombrables jours où il était absent. Promesse brisée après promesse brisée. En 2014, nous avons décidé de déménager dans l’ouest du Texas, où vit ma famille. Nous pensions qu’un changement de décor ferait peut-être du bien. Et ça a été le cas pendant un petit moment, mais l’emprise de la dépendance est si forte. L’alcool était une porte d’entrée pour lui, mais il ne voulait pas s’en éloigner et disait toujours : » Je l’ai sous contrôle «.

Nous n’avons pas pu fuir la dépendance. Elle nous a suivis jusqu’ici. En fin de compte, l’addiction l’a emporté. Je n’étais pas l’épouse parfaite ni la mère parfaite, mais je me suis accrochée et j’ai pris soin de notre famille tout en faisant face au stress de la dépendance. La dépendance n’est pas quelque chose qui n’affecte que le dépendant. La dépendance est quelque chose qu’une famille entière endure. Après 5 ans, c’en était assez. Après une crise de trois jours, il est rentré à la maison et je lui ai dit qu’il devait choisir. Il pouvait aller en cure de désintoxication et devenir sobre ou il devait partir. Ce jour-là, il a choisi de partir. Le 5 juin 2015 est le jour où nos vies ont changé à jamais. La dépendance avait pris le dessus sur notre famille et c’était déchirant. Bien que ce soit probablement l’un des jours les plus tristes de ma vie, c’était aussi le début d’un beau voyage de découverte de soi et de force. On dit que l’on ne peut pas aimer quelqu’un sans être dépendant, et c’est tellement vrai. J’aimais tellement cet homme. Au cours de l’année suivante, j’ai lutté contre ma décision de briser notre famille, mais je savais que je ne pouvais pas continuer sur la voie que nous suivions. Il a essayé plusieurs cures de désintoxication, mais il rechutait à chaque fois.

J’étais maintenant un parent isolé, et c’était difficile. Je ressentais des émotions que je ne pouvais ni contrôler ni comprendre, mais j’avais aussi deux garçons qui étaient désorientés et ressentaient ces mêmes émotions à un si jeune âge. Pendant les 2 ou 3 années suivantes, beaucoup de larmes ont été versées. Ils ne comprenaient pas pourquoi leur père était parti. Il appelait de temps en temps, et était régulier pendant quelques semaines, mais ensuite tout contact cessait. À ce jour, il tend encore la main de temps en temps, mais il n’a pas été actif dans leur vie depuis 2016. Nous avons grandi ensemble, nous avons survécu ensemble, et plus important encore, nous avons vaincu ensemble. La dépendance est ce qui a brisé notre famille, mais elle ne nous a pas brisés. Nous sommes plus forts aujourd’hui que nous ne l’avons jamais été, et notre histoire n’est même pas près de se terminer.

L’accueil familial est une chose à laquelle j’ai pensé pendant des années. J’ai toujours su qu’il y avait des enfants qui traversaient des moments très difficiles et je voulais aider d’une manière ou d’une autre. Je savais ce que mes garçons et moi avions vécu, et je pensais que nous pourrions peut-être aider d’autres personnes à surmonter leur situation. J’étais une mère célibataire de deux garçons, qui se débrouillait toute seule. Pourquoi aurais-je envisagé d’être famille d’accueil ? Cela ne concernerait pas que moi, je devais donc m’assurer que c’était la bonne solution. Nous en avons beaucoup parlé et je leur ai dit ce que nous pourrions vivre si nous prenions cette voie. Dieu les bénisse, ils ont un grand cœur et ils étaient à 100% d’accord. Notre monde entier serait mis sens dessus dessous et complètement changé. J’ai prié très fort et souvent, et j’ai continué à ressentir l’envie de me lancer. Ma famille pensait que j’étais folle.

Je suis allée à une réunion d’information en octobre 2018 et j’ai commencé la formation en novembre 2018. Je suis officiellement devenue un parent d’accueil agréé en février 2019. J’avais tellement peur. L’idée d’accueillir des enfants n’était plus seulement une idée… elle devenait une réalité. Le premier appel que j’ai reçu a fait s’emballer mon cœur. Comment allais-je prendre une décision ? Quelles questions devrais-je poser pour m’aider à prendre cette décision ? Et si ça ne marchait pas et que je devenais une autre personne qui laissait tomber ces enfants ? J’étais accablée. J’ai commencé à me remettre en question. J’ai commencé à laisser ces pensées d’être indigne ou pas assez bon prendre le contrôle de mon esprit et de mon cœur. Mais en mars 2019, nous sommes passés d’une famille de trois, à une famille de cinq, du jour au lendemain. Je suis passée d’avoir deux garçons à en avoir quatre. C’était notre tout premier placement, ainsi que le leur. Aucun de nous ne savait ce qu’il devait attendre de l’autre. Ils avaient peur. J’avais peur. Mais la première nuit s’est bien passée.

Les neuf mois ont été émouvants et éprouvants. Il y a eu des crises de colère, des bagarres et des nuits sans sommeil. Pendant 9 mois, toutes nos vies ont été entrelacées. Ils font partie de notre histoire pour toujours, et nous faisons partie de la leur. La réunification est finalement l’objectif final de toute situation d’accueil, tant que c’est dans le meilleur intérêt des enfants. Le 21 décembre 2019, ces garçons ont été réunis avec leur famille. Nous avons fêté Noël une semaine en avance et ils sont partis à 5 heures du matin un matin et nous ne les avons jamais revus. Nous sommes restés en contact pendant un peu après leur départ et c’était agréable d’entendre comment ils allaient bien. Leur dire au revoir a été l’une des choses les plus difficiles que nous ayons eu à faire. Nous avons tous beaucoup pleuré et pendant quelques jours, c’était bizarre de n’être que tous les trois. Ce placement a été très éprouvant pour moi. J’ai dit à mon agence que je voulais une pause pour me ressourcer. Je repense maintenant au timing de tout ce qui s’est passé ensuite, et cela me fait rire.

J’ai eu une pause de quelques jours, mais ensuite les appels pour des placements sont arrivés. J’ai failli dire oui à l’un d’entre eux, mais finalement, cela ne me convenait pas et j’ai fini par dire non. Si je n’avais pas dit non à ce placement, l’appel suivant que j’ai reçu aurait changé radicalement notre avenir. Mi-janvier, j’ai reçu un appel concernant un garçon de 14 ans. Au départ, je me suis dit : «Pas question, je suis loin d’être préparée pour un adolescent». Ils ont vérifié plusieurs fois et ont dit qu’il avait vraiment besoin de quitter le foyer où il se trouvait. J’en ai parlé à des amis et à la famille et nous avons fini par faire une visite de week-end pour voir comment ça se passerait.

Nous sommes tombés amoureux instantanément et avons su qu’il était à nous. Cela dit, si vous m’aviez dit il y a deux ans et demi, lorsque j’ai commencé ce voyage d’accueil, que j’adopterais un adolescent, j’aurais ri et j’aurais dit : «Oui, d’accord», je n’étais pas équipée pour un adolescent. Certains jours, je ne le suis toujours pas, mais je suis si heureuse d’avoir dit OUI. Le 26 février 2020 est le jour où notre famille est devenue entière. Il est entré dans cette maison et nous avons été changés pour toujours.

Chaque fois qu’un travailleur social ou un travailleur de cas appelait pour demander comment nous allions et si je voulais toujours adopter, je disais toujours : » Si nous pouvons survivre à une quarantaine ensemble, nous pouvons survivre à n’importe quoi. Un an plus tard, nous continuons à apprendre l’un de l’autre, à nous ajuster et à nous adapter. Nous faisons ce voyage un jour après l’autre et il y a des jours où nous échouons complètement. Mais nous nous relevons tous les deux, nous en parlons et nous grandissons. C’est comme ça que ça marche.

J’ai vu cet enfant changer, grandir et mûrir tellement l’année dernière. Il a encore du chemin à faire, mais avec tout ce qu’il a traversé, le fait qu’il soit là où il est aujourd’hui est incroyable. Je ne l’ai pas fait naître. Je ne l’ai pas nommé. Je ne l’ai pas élevé. Mais je suis sa mère. Je ne peux pas imaginer nos vies sans lui. Forever Bookers — 21 mai 2021. C’est notre histoire d’addiction à l’adoption, et comment nous la surmontons, et comment nous utilisons notre histoire pour aller de l’avant et, espérons-le, inspirer l’espoir.»

Veuillez PARTAGER cette histoire avec vos amis et votre famille.