Le chien malade va être euthanasié mais un homme vient le chercher en avion et l’emmène vers sa nouvelle vie

321

Le pauvre Woody, un chien de cinq ans vivait errant en Caroline du Nord, essayait de survivre seul dans les rues. Finalement, le chiot a été ramassé par la fourrière de la commune et amené dans un refuge local.

Le chien était couvert de gale et de puces, et il souffrait également de nombreuses autres affections. Soigner Woody coûterait très cher, et le refuge a donc pris la dure décision de l’euthanasier.

- Ad -

Heureusement, avant que Woody ne soit abattu, l’association LaMancha Animal Rescue est intervenue !

LaMancha est un refuge qui accueille des chiens, des chevaux, des chats, des chèvres et bien d’autres animaux. Cette association pour la protection animale était heureuse de prendre Woody en charge, mais il y avait un gros problème : Woody était en Caroline du nord ,très loin des locaux de l’association LaMancha en Pennsylvanie !

Paul Steklenski vient sauver Woody

LaMancha Animal Rescue a alors décidé de contacter Paul Steklenski, un ancien pilote de l’armée et fondateur de Flying Fur Animal Rescue.

Paul Steklenski a commencé ses missions de sauvetage d’animaux, il y a environ trois ans, et depuis, il a fait voler plus d’un millier de chiens depuis des refuges ou fourrières pour les placer dans des foyers d’accueil plus respectueux du bien-être animal !

Dès que Paul Steklenski a entendu l’histoire de Woody, il a instantanément accepté de le faire voler de la Caroline du Nord jusqu’en Pennsylvanie.

Le chien Woody embarque dans l’avion de Paul Steklenski

Steklenski a fait un peu de place dans son avion afin qu’il puisse y mettre Woody, un imposant chien des Pyrénées, sans compter qu’il y avait également 4 autres toutous à bord ! Avec un peu d’ingéniosité et beaucoup de bonne volonté, Paul Steklenski a finalement trouvé un moyen de faire rentrer tout le monde confortablement. Bientôt, Tout ce beau monde était dans les airs !

Une fois en vol, Woody s’est immédiatement levé de l’endroit que Paul Steklenski lui avait préparé. Il s’est glissé dans l’espace situé derrière le siège du copilote, d’où il avait une vue imprenable par la fenêtre. Il y est resté pour le reste du vol !

Steklenski a rencontré quelques turbulences en arrivant près de la Pennsylvanie, mais Woody s’en est moqué allégrement. Tant qu’il pouvait regarder par la fenêtre le monde loin en dessous, il était heureux.

La nouvelle terre d’accueil de Woody

Lorsque Steklenski a atterri en Pennsylvanie, l’association LaMancha l’attendait.

Ils ont emmené Woody à leur centre de secours et ont commencé à lui donner les traitements médicaux dont il avait besoin. Au bout d’une semaine, le pelage de Woody était redevenu blanc et duveteux, et il a commencé à se sentir beaucoup mieux. Woody est parfaitement guéri !

Un sauvetage in extremis

Woody était à quelques jours d’être abattu, mais heureusement, un pilote et un groupe de sauvetage au grand cœur sont intervenus juste à temps. Nous sommes si heureux que Woody soit dans un endroit aussi formidable !

Voici quelques révélations que Paul Steklenski a confiées à la presse américaine

Qu’avez-vous appris sur la nécessité de sauver ces animaux ?

Paul Steklenski : Il y a un énorme besoin d’aider à sortir les animaux des refuges qui euthanasient les animaux errants. J’ai aussi appris que s’ils ne sortent pas de certaines régions de ce pays, ils ne vivent pas. Plus on se dirige vers le sud du pays, plus la situation s’aggrave en fait…Et il y a tellement d’organisations dans le Nord qui ne tuent pas et qui prennent bien soin des animaux.

Une fois que je suis devenu aviateur, c’était naturel. Savoir que je pouvais prendre un jour de congé et aider à sauver la vie des chiens était devenu ma vocation.

Qu’est-ce que ça fait d’être dans un si petit avion avec plusieurs chiens ?

Paul Steklenski : Chaque chien qui met un pied dans mon avion est un passager à part entière. J’observe s’ils sont effrayés terrifiés. Mais, je sais que si je les mets à côté de moi, ils se calment. J’adore mes copilotes à quatre pattes !

Habituellement, une fois que le moteur démarre, ils entendent le bruit et les vibrations. Tout le monde s’installe. Certains regardent par la fenêtre ou s’endorment. C’est super de voler avec des passagers aussi sympas !

Vous consacrez beaucoup de temps à sauver des chiens avec votre avion. Comment jonglez-vous avec votre travail à plein temps ?

Paul Steklenski : Mon travail à plein temps aide à payer cela en fait. Je dépense plus de 1 000 $ par mois de ma poche pour sauver des chiens. Oui, j’ai besoin de mon travail pour remplir ces missions et aider à sauver ces animaux.

Quand je regarde en arrière, quand je louais des avions tout le temps et que je devais conduire pendant une heure jusqu’à l’aéroport, je me dis : “Wow, tu étais trop fou Paul”. Mais,ce n’est pas quelque chose sur lequel on se concentre vraiment. Vous vous intéressez uniquement sur la prochaine mission, sur le prochain groupe de chiens à secourir. Quand c’est quelque chose qui vous passionne, je ne pense pas que vous mesuriez vraiment la quantité d’énergie, de temps ou de sacrifice que vous y mettez. On le fait, c’est tout.

À quoi ressemble l’avenir de votre activité de pilote sauveteur ?

Paul Steklenski : L’avenir de Flying Fur est de nous faire passer au niveau supérieur et d’obtenir une ferme refuge dédiée en Pennsylvanie à l’accueil des animaux malheureux avec une piste d’atterrissage où je peux faire atterrir les animaux directement, où nous pouvons avoir un centre de soin vétérinaire, d’adoption et de réhabilitation.

Je veux aussi moderniser mon avion pour qu’il soit plus grand et puisse aller plus loin. Je ne sais pas encore comment j’y arriverai, et il faudra beaucoup d’argent. Mais c’est mon nouveau défi personnel à relever ! C’est finalement à moi en tant que pilote d’avion de trouver comment nous rendre là où nous devons être pour sauver encore plus de chiens comme Woody !